Art et dévotion

L’église de San Pietro

En approchant d’Ardesio depuis le fond de la vallée, après le pont Ludrigno, on aperçoit immédiatement la belle petite église de San Pietro. L’Oratoire, construit à l’extrême limite d’une ancienne terrasse fluviale, semble avoir été construit sur une tribune romane préexistante, probablement construite au XIVe siècle avec d’importantes rénovations au XVe. Plus tard fut la construction du portique, qui eut lieu selon les règles dictées par San Carlo Borromeo, donc après ses visites pastorales en 1575. Aujourd’hui, nous pouvons observer le maître-autel avec la fresque au-dessus attribuée à Alessandro de Ardese et la peinture du Baptême du Christ.


L’église paroissiale de San Giorgio

En remontant la route qui mène au centre depuis San Pietro, on peut voir sur la droite la maison paroissiale des XVe et XVIe siècles et devant elle une fontaine avec un masque et des décorations sculptées en marbre d’Ardesio. Un peu plus loin, vous pourrez admirer la grandeur de l’église paroissiale dédiée à San Giorgio Martire, dont le cimetière est orné de deux colonnes, appartenant à la première construction de 1176. En 1455 l’évêque favorisa la construction d’une nouvelle église qui fut ensuite agrandie. au XVIIIe siècle.

La deuxième église paroissiale devient le centre d’une vie chrétienne intense qui, outre les pratiques religieuses communes, s’exprime dans de multiples congrégations appelées écoles ou confréries. Entre tous, on se souvient de celui des Disciplini et de celui du Suffrage, qui firent construire l’autel des morts en 1762 dans la nouvelle église paroissiale.

L’église actuelle, avec ses grandes voûtes en tuf Nasolino, fut commencée en 1737 et achevée en 1747, année de sa consécration. Celui du XVe siècle ne suffit plus, surtout après l’Apparition de la Sainte Vierge (1607). Le projet initialement confié à Andrea Fantoni de Rovetta, a été repris et complété par Giambattista Caniana d’Alzano. Le clocher en pierre locale a été construit en 1487, surélevé et complété d’un bulbe de cuivre en 1871. L’intérieur, de style ionique, se compose d’une seule nef avec une voûte en berceau soutenue par quatre arcs imposants. Au centre, vous pourrez admirer la figure de Saint-Georges et sur les côtés quatre moments du martyre.

En novembre 1978, les travaux de rénovation de la coupole en cuivre du clocher sont commandés.


Le Sacellum de S. Rocco

Petit joyau, la chapelle de S. Rocco conserve à l’intérieur des fresques du XVe siècle récemment restaurées. Représentés de gauche : S. Rocco, S. Antonio Abate, S. Rocco, la Pietà, S. Sebastiano, S. Pietro et S. Paolo. A l’intérieur se trouvent les fonts baptismaux de l’ancienne église paroissiale d’Ardesio.


L’église des Disciplini

L’église des Disciplini est située sur la Piazza San Giorgio, dans le cimetière paroissial. C’était l’église des Disciplini ou confrérie de San Bernardino. Au départ, elle n’occupait que la moitié du bâtiment actuel : l’autre partie servait de portique. L’autel, avec un retable en bois sculpté et sculpté, est une œuvre précieuse, malheureusement aujourd’hui très détériorée. Le retable du XVIIe siècle représente la Pietà avec la Madeleine et saint Bernardin. La fresque extérieure avec le Crucifix, la Madone, la Madeleine, S. Bernardino et S. Giovanni avec deux hommes disciplinés, porte la date de 1622.


Le Palais Municipal

En parcourant la Via Locatelli, vous arrivez à la Piazza Monte Grappa, où se trouve le palais municipal (anciennement palais Garibaldi), un bâtiment typique en ardoise du XVIIe siècle. Sous les portiques, on peut voir les ébauches de portes du XVe siècle, tandis que dans le coin droit de la façade est conservé un beau masque sculpté en grès.


L’église de S. Caterina

Sur la petite place à côté de l’Hôtel de Ville se dressait au XVe siècle l’église du couvent des religieuses dominicaines dédié à Sainte Catherine, utilisée comme maison de retraite au début du XIXe siècle (Ricovero Filisetti). Lors de la rénovation de l’abri, ont été découverts les restes d’un clocher et deux portails avec des lunettes ornées de fresques : celui du centre représente la Vierge avec Sainte Catherine d’Alexandrie, Sainte Claire et les offrandes ; le latéral montre le Christ avec la croix. Les deux épaulements en marbre de l’ancienne entrée de l’église portent la date de construction : 1522.


Le palais épiscopal

Au cœur d’Ardesio, sur la place principale nommée en l’honneur de Bonvicino Moretto di Ardesio, peintre local du XVIe siècle, domine le palais épiscopal, un édifice du XIIe siècle. Au rez-de-chaussée se trouve la salle de la Congrégation des Morts où est conservée une ancienne fresque d’une Danse Macabre, gravement détériorée au fil du temps. À l’extérieur, vous pourrez admirer le portail en pierre décorée, portant la date de 1672.


L’église de Sant’Antonio al Zaffalino

La petite église a été construite au XVIIe siècle par Pietro Cacciamali, pour accomplir la volonté de son frère décédé Don Bartolomeo. L’église est enrichie de fresques du XIXe siècle réalisées par Lattanzio Querena di Clusone, comme les deux peintures sur les murs latéraux représentant la “Dévotion à Saint Antoine” et le saint lui-même, enfant de chœur, chassant le Démon. La “Gloire de Saint Antoine” est peinte sur la voûte principale et quatre miracles du Saint sont peints dans les tympans. Le retable représente la “Madonna del Carmine avec les S.S. Antonio, Luigi et Pietro Martire”. Il y a aussi un blason avec le nom de la famille offrante “Bana Roncati”. Le clocher, plus récent, date des années 1930.


Le sanctuaire de la Madonna delle Grazie

Le sanctuaire d’Ardesio a été construit à l’endroit où la Sainte Vierge est apparue le 23 juin 1607. Ce jour-là, les deux sœurs Maria et Caterina Salera s’étaient retirées, suivant les instructions de leur mère, dans une pièce de leur humble maison pour prier, afin d’éviter une violente tempête. Soudain la pièce s’éclaira de lumière et soudain la Madone avec l’Enfant Jésus leur apparut, devant la grande fresque qui sert aujourd’hui de retable, assise sur un trône d’or. Immédiatement, la tempête s’est arrêtée et le ciel est redevenu clair. La dévotion à la Madone d’Ardesio est née à cette époque, mais elle s’est poursuivie et s’est maintenue de manière constante au fil du temps, à tel point qu’un agrandissement était déjà nécessaire en 1718 : la quatrième a été ajoutée aux trois travées originales de ces années-là.

En 1872, le Chapitre du Vatican décréta le couronnement doré de l’Effigie Vénérée, qui eut lieu le 24 juin de la même année avec une solennité exceptionnelle. La couronne d’origine a été volée en 1971 et remplacée par l’actuelle.

De nombreux témoignages racontent des merveilles et des grâces reçues par l’intercession de la Madone d’Ardesio : cela a amené et amène encore de nombreux pèlerins à visiter le Sanctuaire.

La fresque et la Salle des Saints

viviardesio santuario interno altare maggiore

Dans le presbytère se trouve la célèbre salle des Saints (conservée de la Casa Salera, la maison dans laquelle la Vierge est apparue) avec la grande fresque de l’Apparition qui domine le maître-autel, réalisée par la Bottega dei Fantoni de Rovetta. Avec la construction du Sanctuaire, le mur du fond à l’ouest et les fresques de la maison Salera ont été conservés. La fresque principale est datée de 1449 et attribuée à Jacobus de Buschis (Giacomo Busca da Clusone), elle représente le sacrifice extrême du Christ, sur la Croix, au centre de la fresque. A côté de lui, au pied de la croix, d’un côté se trouve la figure déchirante de la Vierge et de l’autre un jeune saint Jean-Baptiste réuni en prière. Le visage de la Vierge est contracté dans une grimace de douleur pour la perte de son fils. De part et d’autre de la scène dramatique représentée dans la fresque se trouvent deux rangs de saints. De gauche à droite : Augustin, père de l’Église, Georges, patron d’Ardesio, Jean-Baptiste montre le Christ, Pierre montre les clés du Royaume des Cieux ; Paul tenant l’épée symbole de son martyre ; Saint Luc, l’évangéliste, a la plume à la main et montre le rouleau : « Qua hora non putatis, Filius Hominis veniet ».

Au sommet, au-dessus de la fresque, se trouvent trois panneaux en relief représentant : la « Visitation », le « Mariage » et la « Fuite en Égypte », des sculpteurs Fantoni di Rovetta. Dans la voûte se trouve la toile de l’Immaculée Conception parmi un chœur d’anges, peinte par Domenico Carpinoni. Dans les coins et les pièces intermédiaires se trouvent des œuvres peintes à fresque du peintre Cesare Maironi. Sur les parois latérales se trouvent deux ovales avec la “Déposition de la Croix” et la “Reposition dans le tombeau”, attribuées à Antonio Guadagnini. Au pied du retable à fresque se trouve le maître-autel : une harmonie de marbre polychrome, de sculptures et d’incrustations, œuvre des Fantoni.

La construction du Sanctuaire et du Clocher

Après que les habitants d’Ardesio eurent obtenu l’autorisation souhaitée pour ériger une église commémorative sur le site de l’Apparition, la municipalité, lors du conseil municipal du 13 janvier 1608, approuva la somme de 4 300 lires impériales pour payer la maison et autres proches de Marco Salera. Celles-ci furent démolies, à l’exception de la « Salle des Saints », qui fut conservée intacte pour former la chapelle principale de l’église. Le 24 juin 1608, la première pierre fut posée lors d’une procession solennelle.

La construction du clocher commença en 1645 et fut achevée environ vingt ans plus tard pour un coût de vingt mille écus. On a utilisé du marbre local, fourni par la carrière qui s’appelle encore aujourd’hui “Cava della Madonna”. Il atteint une hauteur de 68 mètres, avec une ligne architecturale élégante qui en fait l’un des plus admirés du diocèse. La construction de la structure a été confiée à l’architecte Giovan Maria Bettera da Gandino. On raconte que le cardinal Carrara, en voyant le clocher, aurait déclaré en présence de l’évêque de Bergame, Mgr Paolo Dolfin : “Je n’ai rien vu de plus solide ni de plus élégant en dehors des portes de Rome”. Les huit cloches en ré bémol majeur classique qui accueillent les pèlerins ont été fondues dans la fonderie Crespi de Crema en 1780.

Les Compianto

Le Sépulcre dit fantonien, composé de sept grandes statues, a été placé dans le sanctuaire du Sanctuaire. Il y a : le Christ mort posé sur le lit du trône, la Vierge des Douleurs assise au pied de la Croix, la Madeleine, Jean l’Évangéliste, Marie de Cléophas, Joseph d’Arimathie et Nicodème.

Dans l’abondante production sacrée de l’atelier fructueux et ingénieux des Fantoni di Rovetta, l’un des sujets les plus caractéristiques sont précisément les pleureuses, toutes créées dans la période de la meilleure prospérité de l’atelier : de 1690 à 1782. Le dernier en date est celui d’Ardesio, commandé pour la figure du Christ en 1711 et pour les autres en 1782. Il a été commandé par la Confrérie des Disciplini ou Gonfaloni.